Clio E-Tech : une première Renault hybride très prometteuse

Il aura fallu longtemps pour que Renault, qui compte parmi les pionniers de la voiture 100 % électrique, se convertisse à la chaîne de traction hybride. C’est chose faite en 2020, avec la Clio E-Tech, première hybride de l’histoire Renault, qui devrait arriver en concessions dans le courant de l’été. Il faut dire que neuf ans ont été nécessaires pour développer la technologie E-Tech, un long travail mis à profit pour réduire le surcoût qu’impose cette technologie, tout en s’assurant que l’efficience qu’elle autorise n’est pas obtenue au prix d’une détérioration de l’agrément de conduite.

Ni embrayage ni synchros

On pourrait dire que, sur le plan technique, il existe deux approches de l’hybridation : ajouter un moteur électrique et une batterie à une voiture thermique existante ou bien repenser toute la chaîne de traction en fonction de ces nouveaux éléments afin d’en tirer parti pour obtenir une simplification d’architecture et ainsi en réduire le surcoût. Globalement, PSA, les constructeurs allemands et coréens ont choisi la première approche, plus onéreuse, ce qui conduit à réserver cette technologie à des modèles haut de gamme, alors que Toyota, Honda, et désormais Renault, ont préféré la deuxième, suffisamment abordable pour être appliquée à des modèles du segment B, tels que Yaris, Jazz, ou désormais Clio. Ainsi, à l’instar de Toyota qui, en utilisant un train épicycloïdal qui permet de combiner les puissances du moteur thermique et de deux machines électriques, a réussi à se passer d’embrayage et de boîte de vitesses, Renault a « inventé » un nouveau type de transmission intégrant deux machines électriques (une grosse et une petite) et 6 vitesses (deux électriques et quatre thermiques), mais dépourvu d’embrayage et de synchroniseurs.

Seulement 10 kg plus lourde qu’une Clio 1.5 dCi

Ainsi, la Clio E-Tech est animée par un 4 cylindres 1.6 de 67 kW (91 ch) entraînant une petite machine électrique de 15 kW (20 ch) et un arbre primaire portant 4 rapports longs qui correspondent peu ou prou aux 4 derniers rapports d’une classique boîte 6 rapports. Dans la même boîte de vitesses, une autre machine électrique plus puissante, de 35 kW (48 ch), entraîne un autre arbre primaire portant deux rapports, l’un allant de 0 à 70 km/h, l’autre de 70 à la vitesse maximale de la voiture, soit un peu plus de 180 km/h. L’ensemble est alimenté par une batterie lithium-ion d’une capacité totale de 1,2 kWh (dont seulement 0,850 kWh est effectivement utilisé) développant une puissance de 50 kW en continu, 60 kW en crête. Autres avantages de cette technologie E-Tech, sa légèreté puisque la Clio hybride devrait peser seulement 10 kg de plus que la version 1.5 dCi 115, et son intégration puisque la petite batterie refroidie par air ne réduit que de 4 litres la contenance du réservoir d’essence, qui passe de 42 à 38 litres, et permet de conserver un coffre de 300 litres.






06 95 90 15 83Contactez-NousFacebookInstagram